D'après un fond de collection privé et des reproductions en facsimilé d’images originales, avec l’aimable autorisation de l’IMAGERIE D’EPINAL »

Cette année, pour la sixième fois, c’est un parcours au travers du temps des imageries qui va vous amener à découvrir 15 images dont la source est purement spinalienne.

Dès le Moyen Age, les images meublantes sculptées dans le bois et l'ivoire représentaient les saints porteurs des croyances, et représentaient l'interface de communication entre Dieu et les Hommes, de même façon que les icones. Cependant ces techniques de représentations n'étaient pas accessibles au peuple qui, lui aussi, était fervent et pieux. C'est au XVème siècle que la xylographie (gravure sur bois) ouvrit la porte de la réalisation de l'estampe populaire. Et c’est à la charnière du XVIème et XVIIème que, grâce aux dominotiers comme Ambroise Ambroise qui fournissent les "bois" aux imprimeurs, un essor d'imprimeurs Spinalien, comme Pierre Houion , permet d'offrir des images dans toutes les maisons dont les habitants imploraient une protection portée par l'hagiographe catholique des Saints .

Ce sont des reproductions d'Images de Préservations que vous allez découvrir datées dès le XVIIème ( siècle lamentable de pandémies et de ruines) , puis du XVIIIème , XIXème , XXème , jusqu'à des représentations contemporaines à l'aube de notre XXIème siècle, toujours réalisées par l'Imagerie d'Epinal .

ITINERAIRE : En partant du pilier monumental gauche soutenant la tour de l’église, Saint Philippe vous indique le chemin à suivre sur votre gauche; remontez la contre –allée vers l'autel du Sacré Coeur, passez devant les 2 piliers de part et d'autre du choeur, puis redescendez dans la contre-allée de droite.

❖ Profitez de ce parcours pour lever les yeux vers les vitraux ou admirer les statues ! Vous y trouverez parfois une autre représentation Sainte que celle de l'exposition ;

❖ Ouvrez vos yeux et tous vos sens ! Ouvrez votre Curiosité et partagez parfois une joyeuse piété au travers de cette épopée de l'Image Vosgienne

❖ IMAGE 2 : Saint Philippe, apôtre
Cette représentation fleurie de Saint Philippe apôtre, est une production de l'Imagerie Pellerin du début XIXème tirée sur bois, dont le graveur, qui a réalisé cette xylographie, est le spinalien Antoine Réveillé (1788-1870) ; il a travaillé pour Jean-Charles Pellerin entre 1818 et 1870. Durant la période du premier quart de ce XIXème, la production explose sous l'impulsion de Jean –Charles Pellerin (né en1756) qui a fait triompher les images ou estampes d'Epinal, rendues très populaires par leur diffusion prodigieuse et variée, grâce à la création d'illustrations qui viennent compléter les Images Pieuses de Préservation .Cet essor jaillit après la période trouble de la Révolution ou ,seule la fabrication de cartes étaient de mises …et pour cause, on n'était plus à afficher sa Foi !
L'estampe présente un saint à fière allure, vêtu d'une ample tunique, drapé d'une écharpe en flottement donnant une dynamique au personnage, tout comme le mouvement du pied dans la sandale. De part et d’autre, deux arbustes surmontés de thyrses orange encadrent Saint Philippe qui semble bénir de son bras étiré.
L'apôtre Philippe, "le Galiléen" fut mis en croix à Hiérapolis en Phrygie ; en témoigne ce rameau tenu à la main droite.
De l'autre, il vous indique la direction…à prendre pour la visite de ces images de Saintes Préservations ☺
La Frise des Saints Apôtres

❖ IMAGE 3 à IMAGE 8 :
Cette représentation des 12 saints apôtres est un thème majeur agiographique des Images de Préservation d'Epinal.
Initialement, c'est une longue frise composée de plusieurs feuilles.
Elles étaient appliquées, soit en bande, sur le manteau de cheminée de la pièce principale des habitations, soit directement placées en tour de lit pour assurer une protection du ou des occupants. On la voit aussi sous forme de feuille simple en image de décoration et de protection.
C'est la plus recherchée car la plus efficace des images de préservation !

Dès 1760, Jean-Charles Didier, maitre dominotier, édite la série des apôtres sous forme d'une longue frise formée de 3 feuilles et 4 apôtres chacune.
Dans l'ordre religieux l'ouvrage la plus considérable des Pellerin est aussi la frise des apôtres, réalisée par le graveur spinalien François Georgin (1801-1863).
Celle qui vous est présentée est initialement constituée de 4 feuilles comportant chacune ,3 représentations de Saints Protecteurs, mais pour pouvoir les exposer dans ces cadres, elles ont été reproduites par image de deux apôtres chacune.
Sous les apôtres se déroule les paroles du Credo ; prière des Croyants.
Selon une tradition très ancienne, le Symbole des apôtres aurait été composé par les apôtres eux-mêmes juste avant leur dispersion en l’an 36. Avant de se séparer pour aller prêcher l’évangile, l’Esprit Saint aurait inspiré à chacun d’eux un des articles du Symbole dit de Nicée-Constantinople, du nom des deux villes où eurent lieu les conciles de 325 (Nicée) et de 381 (Constantinople).
Prenez le temps de découvrir chaque symbole représenté avec finesse, autour des Saints auréolés…
Par exemple, dans l’image 5 de Saint Jean, l'Evangéliste est représenté
portant en main un calice dans lequel se trouve un serpent à la place de l'hostie.
Cela rejoint la représentation faite du Christ-Serpent crucifié, et aussi le rappel du serpent d'airain que Moïse éleva au désert pour la guérison des Hébreux piqués par les "brûlants" (Nombres, XXI, 6-9).
Faites de belles découvertes dans chacun de ces détails "saint-boliques"!

❖ IMAGE 9 : Planche de Sainteté suprême XIXème
Les planches dites "de saintetés", constituèrent une majeure partie de la production de ces oeuvres hagiographiques. En effet, leur disposition avec l'impression de quatre images sur une feuille , procure des estampes de préservations à moindre cout , afin de pouvoir orner le maximum de pièces d'habitations . Elles eurent un énorme succès au milieu du XIXème siècle, ce qui permis à la Fabrique Pellerin, Imprimeur –Libraire, de croitre d'une façon importante grâce à la notoriété qui se rependait autour de ces estampes.
La planche présentée est consacrée à Jésus-Christ, à la Sainte Vierge Marie, à Saint Pierre le premier apôtre appelé, portant sa clef monumentale, ainsi qu'à Saint André, le deuxième apôtre appelé.
Le Christ et sa Sainte Mère ont le chef rayonnant dans une lumière de transfiguration.
A noter que seul, André est auréolé de façon particulière …
Fait aussi remarquable, les titres de chaque image sont sous-tendus de la traduction en allemand à caractères gothiques .Est-ce la proximité de notre occupation de 1870, qui aurait incité à ce que les images soient aussi compréhensibles par les occupants ?

❖ IMAGE 10 : L'ange Gabriel par Chanoir XXIème siècle !
➢ Reproduction avec l'aimable autorisation de l'Imagerie d'Epinal en 2017
Cette image est une réalisation contemporaine de l'Imagerie d'EPINAL, dont la création a jailli du graffeur et street-artiste dit CHANOIR ,d’origine colombienne basé à Paris, Alberto Vejarano de son vrai nom . Il nous fait partager l'arc en ciel de ses personnages colorés sur de multiples supports hors cadre. Chanoir crée dans les rues du monde entier: Miami, Barcelone, Bogota, Los Angeles. Pour l’Imagerie, il a revisité en 2017 , Saint Gabriel , maintes fois représenté dans les images de préservations Pellerin, en produisant une association créative et disruptive dans la structure du dessin et des placements de couleurs astucieusement repartis entre le noir et blanc et des teintes psychédéliques débordantes de joie , rayonnant d'une sensation de transfiguration magique ! Les chats noirs cohabitent avec sourire avec les chérubins qui semblent satisfaits de cette nouvelle compagnie chromolithographiée .

❖ IMAGE 11 : Saint Nicolas de Claude CARDINET XVIIème
C’est avec Claude CARDINET imprimeur –libraire dans les années 1655, qu’apparait à EPINAL, l'Image Proprement dite sous forme d'estampes religieuses et populaires tirée en noir.
Cette image de Saint Nicolas est représentée dans l'acte le plus célèbre du Grand Saint : la résurrection des trois jeunes dans le saloir. Le fond de l'image est barré par les murailles et les portes de la ville de Myre en Lycie (Turquie sud), où Saint Nicolas a exercé son sacerdoce.
Cette image porte des informations précieuses : " A Espinal , par C. Cardinet.Impimeur de Son Altesse et Marchand- libraire 1664."
Le tour de cette image porte un Cantique Spirituel sous forme de vers de deux complaintes, et cette invocation : "Sancte Nicolae ora pro nobis "
Ce type d'architecture d'image porte l’essence classique de l'image populaire que l'on retrouvera au XVIIIème siècle et en particuliers dans celles des Images Pellerin.
Il y a dans cette Eglise Sainte Libraire, différentes représentations de Saint Nicolas, sous des formes d'arts variées … A vous de les trouver !!

❖ IMAGE 12: Sainte Barbe de Jean-Nicolas VATOT XVIIIème
Jean Nicolas VATOT est imprimeur, marchand –libraire, dominotier (papiers de tentures ) , et graveur d'Images de piété .
Né en 1705 à Nancy, il attend la rédemption & la résurrection depuis le 4 mars 1792 à Epinal.
Cette image de préservation à l'effigie de Sainte Barbe date du milieu du XVIIIe. C'est une des premières belles exécutions de xylographies spinaliennes Elle possède la même architecture que l'image de Cardinet.
La Sainte à la tête nimbée de l'auréole, et porte dans sa main droite la palme du martyre. Ses vêtements et parure de cou rappellent sa condition royale. Se dresse à droite, la triste tour girouettée où elle fut enfermée à cause de sa beauté ! Dans le fond, une église avec son clocher carré rappelle l'église d'Epinal
L'image est d'un dessin soigné et de gravure très fine; elle est coloriée au patron, avec les quatre teintes rouge jaune vert bleu, bases de la chromolithographie.
❖ Avez –vous détecté dans notre église, un personnage qui porte aussi une palme?
❖ Allez découvrir dans l'église du village de Sainte Barbe tout proche de ce lieu, la particularité très rare de son autel !

❖ IMAGE 13 * : Sainte ANNE XVIIème
Cette estampe coloriée représente Sainte Anne, avec sa fille la Vierge Marie.
Celle–ci est en apprentissage de lecture dans un livre qu'elle tient en mains ; sa Mère semble lui montrer les caractères à déchiffrer avec une baguette portée à sa main droite. Les personnages ont des représentations de visages ronds et sans regard. Une certaine "gaucherie" dans le tracé des membres relatent d'un manque de maitrise de son auteur. Anne et Marie sont vêtues comme des servantes ;le sol est carrelé en damier, ce qui est très en vogue au XVIIème .Dans le fond, un lit rustique, et sur la galerie ,un alignement d'objets qui encadrent le crucifix.
Au fait, connaissez-vous le nom de l’époux de Sainte Anne ?
Il est fêté le 26 juillet !

❖ IMAGE 14 : Sainte ELISABETH XVIIIème
Cette estampe est attribuée à Jean –Charles Didier, voire à son gendre Antoine Raguin ( 1756-1811), tous les deux membres de la grande famille des Didier d'Epinal, qui s'étire depuis 1711 , sur l'ensemble du XVIIIème siècle: ils furent les premiers imagiers spinaliens importants antérieur aux Pellerin …
L'image de préservation représente Sainte Elizabeth de Hongrie ( + 1231), faisant l'aumône .
La gravure du sujet dessine des traits fins et une gestuelle élégante et bienveillante. La chromatographie de l'image est non pas de 4 mais 5 couleurs déposées au pochoir : le rouge et le rose sont déclinés en deux nuances.
Elizabeth est entourée dans un cadre bicolore jaune et rouge rehaussé de torsades d'azur.
Notez bien le graphisme du texte gravé dans la planche et ses N inversés …
Serait-ce le symbole de L'amour du Christ ?? (l'inverse de "haine")
A vous de trouver d'autre N inversé autour de l'Eglise Sainte Libaire !

❖ IMAGE 15 : Saint Blaise et Saint Guérin XIXème
Une des plus attrayantes images de Préservation, c'est assurément celle glorifiant Saint Blaise et Saint Guérin respectivement saint patron des laboureurs et des étables à animaux domestiques dénommés communément "Bestiaux".
C'est Jean-Charles Pellerin qui en est l'auteur, et qui par un tour de main créatif, dégage de cette estampe, un savant parfum de mélange d'icone byzantine et d'estampe gothique, particulièrement appuyé par cette raideur hiératique dans la posture des deux personnages.
Les deux Saints mitrés, avec leur crosse et leur chape, portent chacun une étrille d'or .Un veau d'or est positionné entre eux portant toute le symbole du trait d'union entre la richesse de la compagnie des animaux et la croyance d'une protection salutaire. La Tête de veau, reste aussi la source d'or de la convivialité rambuvetaise !
L'image porte en titre "Saint Blaise, Saint Guérin priez pour la conservation de nos bestiaux". Elle est entourée d'un passe- partout de pur style empire.
C'est une belle création de Jean Charles Pellerin !

❖ IMAGE 16 : Saint NICOLAS par Serge BLOCH XXIème
➢ Reproduction avec l'aimable autorisation de l'Imagerie d'Epinal en 2017
Saint Nicolas par Serge Bloch, est une reproduction d'image originale aimablement autorisée par l'équipe de l'Imagerie d'Epinal, sous la direction de Pacôme Vexlard , enfant du Pays de Rambervillers et Christine Lorimy .
Serge Bloch est un illustrateur français renommé dans les éditions pour jeunes.
Il a créé pour l'Imagerie d'Epinal une collection d'images sur la légende de Saint Nicolas revisitée, avec son Père Fouettard et son Boucher !
Une pure résurrection des Saintes Préservations !
Les coloris de cette lithographie sont réalisés selon la technique ancestrale du pochoir à main. Et à la tradition de l'Image de Sainte Elisabeth des années 1750, on y retrouve une variante de coloris Rouge et de Rose !
Notre Grand Saint Lorrain se voit transformé en évêque convivial mitré de rouge, portant une belle crosse et de fines broderies … digitales !
Dans le baquet, les enfants attendent les effets de la bénédiction ….avec recueillement!
Saint Nicolas est rentré dans le XXIème siècle totalement "restylé", grâce à notre Imagier Vosgien et cet artiste talentueux.
Encore Bravo! Il fallait oser, et ils l'ont fait !

Enfin vous voici arrivé au terme de cette découverte de l'exposition des Images Insolites de l'Eglise Sainte Libaire 2017.
Nous espérons avoir partagé avec vous ce voyage dans l'imagerie sainte spinalienne au travers de de quatre siècles !

Vous pouvez prolonger cette découverte d'autres images saintes en vous rendant à :
➢ l'IMAGERIE d'EPINAL,
42 bis quai de Dogneville
88000 EPINAL

Continuez votre voyage dans le temps, à la découverte des trésors cachés de l'architecture de Rambervillers ! Et qui sait, peut-être que dans le soir, au détour d'une ruelle du coeur médiéval de la cité, ou au pied de la Tour, vous pourrez entendre le chant du veilleur de nuit …

Bonne Visite dans le Pays de Rambervillers.