27 mai-5 juin. Huit jours décisifs de combat dans les rues de Soissons et « l’exploit de la 170e division. Le Chemin des dames a été percé par les Allemands le 27 mai 1918. Il fallait leur couper la route vers Paris. Il y avait cette division des Vosges en manoeuvre
à Compiègne. On l’a envoyée à Soissons où elle a combattu pendant 8 njours dans les rues, jour et nuit », résume Patrick-Charles Renaud, auteur de « La dernière division, sacrifiée à Soissons pour sauver Paris », un livre qui vient de sortir aux éditions Grancher.

Télécharger l'article (pdf)